Ce carnet de voyage a été réalisé sur la base des commentaires du film :
"Voyage au bout du monde"

Partagée entre l'Argentine et le Chili,
la Patagonie est l'une des régions les plus sauvages de la planète.
Vous retrouverez dans ce carnet de voyage tout la partie de ce périple consacrée à l'Argentine, des chutes d'Iguazu à la frontière du Brésil, à Ushuaia, à l'extrème sud de l'Amérique en passant par Buenos Aires.

Plus d'infos sur le film.

Ushuaia, le Canal de Beagle

Carnet de voyage en Argentine

Cliquer sur une photo pour l'agrandir

La Patagonie n'est pas un pays… !
Partagée entre l'Argentine et le Chili, la Patagonie est l'une des régions les plus sauvages de la planète. Coincée entre les océans Atlantique et Pacifique, elle se répartit de chaque côté de la Cordillère des Andes.
Je vais entamer la découverte de cette région par Buenos Aires, puis un grand saut vers Ushuaia, à l'extrême sud de l'Amérique, ensuite El Calafate, perdu dans la Cordillère des Andes au milieu des glaciers, le passage au Chili vers Puerto Natales et Punta Arenas; je remonte vers le nord à Puerto Montt, et enfin, une dernière étape à Santiago.

Buenos Aires

Buenos Aires Centre ville

Imaginez une ville d'allure européenne, une cuisine raffinée, de superbes boutiques, une vie nocturne effervescente et vous obtenez Buenos Aires. Si son architecture rappelle Paris, la circulation Rome et les horaires tardifs Madrid, la ville, séduisante et cosmopolite, mêle une empreinte surannée à des aspects résolument contemporains.
Fondée au 16ème siècle par les Espagnols sur la rive ouest de l'embouchure du Rio de la Plata, Buenos Aires compte aujourd'hui avec son agglomération, plus de 14 millions d'habitants et est, après Mexico, la plus grande ville hispanisante au monde.

La Plaza de Mayo est l’âme de Buenos Aires. Elle a vu se dérouler les principaux événements qui ont marqué l’histoire de la ville. Son nom est un hommage au 25 mai 1810, jour de la formation du premier gouvernement argentin indépendant, après l’expulsion du vice-roi espagnol.

Avec son style néo-classique, la cathédrale métropolitaine évoque plus un temple grec qu'une église : non conformiste, elle ne possède ni tour ni clocher. Le cardinal Jorge Mario Bergoglio, devenu pape sous le nom de François, en fut archevêque pendant 15 ans.
L'intérieur est de style colonial espagnol. Il a cinq vaisseaux et la croisée est couverte d'une coupole qui atteint une hauteur de 41 mètres. C'est sur cette place que se trouve le palais de la présidence de la République, la Casa Rosada (maison rose). Son rôle historique fut majeur : elle connut les grands rassemblements de foule au moment du péronisme.
Depuis une vingtaine d’années, c’est aussi le lieu de réunion des Madres de Plaza de Mayo qui réclament encore à ce jour leurs enfants disparus pendant la sombre époque de la dictature militaire du Général Videla.

Café Tortoni

Buenos Aires, Café Tortoni

Incontournable à Buenos Aires, le Café Tortoni est le plus ancien d'Argentine. Il a été fondé par un français en 1858. Le Café Tortoni était autrefois fréquenté par les peintres, écrivains, journalistes et musiciens qui formaient l'élite culturelle de Buenos Aires. Les débats, conférences ou concerts qui y étaient organisés attiraient de nombreuses figures de la vie artistique et politique argentine.

Malheureusement, aujourd'hui le café reçoit plus de 3.000 visiteurs par jour dont une majorité de touristes : on y parle plus l'anglais, le portugais ou le français que l'espagnol... A tel point qu'un employé du café doit gérer la queue des visiteurs sur le trottoir...!
Un serveur nous guide jusqu’à notre table. De là, on peut contempler la salle, la richesse de sa décoration et le ballet des serveurs endimanchés, tout en dégustant la spécialité de la maison, un chocolat chaud accompagné de churros.

Puerto Madero

Puerto Madero est le quartier le plus récent de Buenos Aires. Il a été construit dans les 20 dernières années, en bordure du Rio de la Plata, sur l'emplacement de l'ancien port de la ville, devenu trop exigu.
Grace à la réhabilitation des anciens bâtiments, mais aussi avec la construction de bâtiments ultra modernes, Puerto Madero est devenu le quartier résidentiel le plus tendance de la ville. Il abrite désormais immeubles de bureaux, tours de logements de haut standing, de nombreux parcs et des restaurants réputés.

San Telmo

Buenos Aires, Tango à San Telmo

Le quartier de San Telmo est connu pour ses vieilles rues et ses anciens bâtiments de l’époque où l’aristocratie y demeurait. La fièvre jaune de 1871 déplaça plus au nord l’élite de la ville, à Recoleta. Le quartier sombra alors dans la misère et l’abandon jusqu’en 1970.
C'est alors que la municipalité créa sur la Plaza Dorrego, la Feria de San Pedro Telmo qui sonna le réveil du quartier et l’impulsion d’un développement touristique. 40 ans plus tard, le marché a envahi les rues adjacentes et principalement la calle Defensa. Chaque dimanche 10.000 curieux y passent et admirent les objets les plus hétéroclites.

C'est aussi l'occasion de se restaurer dans les nombreuses cantinas où la musique est toujours présente.
La foire de San Telmo est devenue aujourd’hui un passage obligé de tous ceux qui passent un dimanche à Buenos Aires.

Buenos Aires, un café à San Telmo

Au cœur du quartier San Telmo, sur la plaza Dorrego, chaque dimanche, une milonga de plein air : les danseurs expérimentés présentent en toute simplicité leur savoir-faire pour danser le tango devant des spectateurs connaisseurs qui savent apprécier des pas très élaborés ; chacun peut aussi s'y essayer et même les débutants sont les bienvenus pour profiter des conseils des spécialistes.

Le quartier San Telmo se modernise progressivement : dans les rues piétonnes, d'anciens bâtiments sont transformés en galeries marchandes, comme le Pasaje de la Defensa. Cette ancienne maison bourgeoise, abandonnée par la famille qui y résidait au moment de la fièvre jaune, est devenue une école avant d'être récemment transformée en galerie marchande.
Construites sur le modèle du Bon Marché à Paris, les Galeries Pacifico restent un des magasins emblématiques du quartier : elles offrent tout un étalage de boutiques et de galeries d’art qui ravissent aussi bien les Portenos, les habitants de Buenos Aires, que les touristes.

Buenos Aires, le quartier de Palermo

Palermo

Palermo est un quartier essentiellement résidentiel, plutôt aisé, et très verdoyant. Il connaît depuis quelques temps un boom immobilier et touristique important et devient le secteur de la capitale qui s’est le plus développé au cours de ces dernières années.
Palermo est un paradis pour la classe moyenne. Ses grands parcs verdoyants ponctués de monuments majestueux sont des destinations prisées le WE pour les familles qui souhaitent se promener dans des allées ombragées, faire du vélo ou canoter sur les lacs.

Recoleta

Buenos Aires, Recoleta, le caveau d'Eva Peron

Recoleta est le quartier des habitants les plus fortunés de la ville; depuis la fin du XIX siècle, ce quartier accueille l'aristocratie argentine, familles riches et puissantes de la cité. C'est ici qu'on va trouver palais, ambassades et hôtels de luxe.
Place des Nations Unies, voici la Floralis Genérica, une sculpture en aluminium et en acier en forme de fleur qui suit le soleil. Avec ses six pétales métalliques géants, le monument a une hauteur de 23 mètres pour un poids de 18 tonnes. Les pétales de la Floralis Genérica s’ouvrent chaque matin et se referment en fin de journée au coucher du soleil. Elle a été inaugurée le 13 avril 2002.
Au cœur de Recoleta, le cimetière est une des attractions phare de Buenos Aires. On peut flâner des heures dans cette cité des morts dont les innombrables allées sont bordées de statues et d'imposants tombeaux en marbre. Présidents, Généraux, politiciens influents, personnalités riches et célèbres, toute l'élite du pays est inhumée ici.
Dans ce contexte, la modestie du caveau de la famille Duarte, qui abrite les restes d'Eva Peron, est étonnante.

Buenos Aires, le quartier de la Boca

Boca

Mais me voilà à La Boca, sans conteste le quartier le plus populaire de la ville. C'est ici que s'installèrent au XIXème siècle, les immigrants espagnols et italiens. Les maisons sont au départ des cabanes faites de bois et de tôle, souvent des matériaux récupérés au port de la ville où travaillaient les habitants du quartier et peintes avec les restes de peinture pour bateau.
Aujourd'hui, ce quartier abrite la population la plus pauvre de la ville, principalement des immigrés du Pérou, Bolivie ou du Paraguay. La principale rue de La Boca est le Caminito: cette rue piétonnière est devenue célèbre : on peut y voir des maisons très colorées ainsi que de nombreux peintres de rues qui proposent leurs œuvres ou ont installé leurs ateliers autour des petites cours intérieures. On peut également assister à des spectacles de tango aux terrasses des restaurants.

Buenos Aires, Bandonéon

En plein milieu du quartier, coincé entre les maisons, la Bombonera, le stade de Boca Junior. Un stade mythique pour de nombreux supporters européens... C'est, avec River Plate, le club de football le plus ancien de Buenos Aires puisqu'il a été créé en 1905.
Ce stade a la forme d'un D : 3 côtés avec des tribunes et un côté vertical avec uniquement des balcons, par manque de place... Il peut contenir quand même 57.000 supporters ! Evidemment, ici ambiance garantie !!

Tango Show

Ce soir, diner spectacle au El Querandi, un tango show comme on dit ici, de très bonne qualité qui a su reprendre la tradition du tango en lui ajoutant une petite touche de modernisme, aussi bien dans les chorégraphies que dans la musique ; mais place au tango... !



Iguazu

Vue aérienne sur les chutes d'Iguazu

A l'extrême est du pays, au milieu de la forêt subtropicale, et à la frontière entre le Brésil, l'Argentine et le Paraguay, les chutes d'Iguaçu sont une merveille naturelle inscrite au Patrimoine mondial de l'Unesco.
Le site est organisé en 2 parcs nationaux: un coté Brésil et un autre coté Argentine.

Parc aux oiseaux

Iguazu, Perroquet dans le Parc aux oiseaux

A l'intérieur du parc brésilien, un parc aux oiseaux tout à fait remarquable. Celui-ci s'étend sur 17 hectares et présente environ 900 oiseaux de 180 espèces différentes.
C'est un groupe de flamands roses qui nous accueillent.
Nous croisons ensuite des ibis rouges aux couleurs flamboyantes, et des perroquets aux couleurs somptueuses.
Voici des grues couronnées, fines et fragiles, puis des toucans avec leur énorme bec…
Mais on y trouve également des serpents… et des autruches.
Plus loin, on découvre de magnifiques papillons et de belles fleurs tropicales.

Les chutes d'Iguaçu interrompent le cours de la rivière Iguaçu, affluent du Parana. Elles comptent parmi les plus impressionnantes du monde et justifient à elles seules le voyage. La rivière forme une grande courbe en forme de fer à cheval et délimite la frontière entre l'Argentine et le Brésil avant de se jeter dans le majestueux fleuve Parana. Les chutes d'Iguaçu sont constituées de 275 cascades formant un front en arc de cercle de 3 km.

Les chutes coté Argentine

Iguazu, les chutes coté Argentine

Coté Argentine, plusieurs circuits de visites ont été aménagés au milieu de la forêt tropicale et au-dessus des différents bras du fleuve, via de nombreuses passerelles.
Le parc argentin est très grand; un petit train va donc nous rapprocher de la zone des chutes.
Une suite de chemins et de passerelles qui nous permettent d'enjamber des bras secondaires du fleuve, vont nous conduire au cœur des chutes; progressivement, le grondement de celles-ci augmente et devient impressionnant sans qu'on ait encore rien vu…
Nous passons sur des chutes secondaires quand même spectaculaires et sur lesquelles le soleil nous offre un bel arc en ciel ! On se rapproche encore; le grondement devient vacarme, la vapeur d'eau commence à nous envahir…
Nous y voilà enfin: c'est à couper le souffle, le vacarme est énorme, on est immédiatement plongé dans un bain de vapeur d'eau dégagée par les embruns des chutes.

Iguazu, les chutes coté Brésil Nous sommes devant la plus grande chute d'Iguaçu: la Gorge du Diable où l'eau tombe de 90m de haut. Les spécialistes affirment que les cascades d'Iguaçu déversent jusqu'à 6,000 m3 d'eau par seconde...
A titre de comparaison, c'est 4 fois plus que le débit du Rhône à Lyon.
Le spectacle impressionnant et grandiose des forces de la nature...

Les chutes coté Brésil

Coté Brésil, le Parc est moins vaste et l'accès aux chutes plus rapide.
Les visiteurs les plus intrépides utilisent le bateau pour découvrir les chutes: impressions fortes garanties et chacun est sur de revenir complètement trempé…!
Du coté brésilien, nous avons la possibilité d'accéder à proximité d'une des plus grosses chutes: on a presque l'impression de pouvoir toucher l'eau… c'est un spectacle vraiment fantastique.
C'est à cet endroit que les scènes les plus spectaculaires du film Mission ont été tournées.

Les chutes vues du ciel

La compagnie Hélisul propose de découvrir les chutes par la voie aérienne: le survol des chutes en hélicoptère va nous permettre de prendre conscience de la dimension exceptionnelle du site.
A peine 10 ' de vol et retour à l'héliport: on descend de l'hélicoptère émerveillés mais aussi un peu frustrés par un vol qu'on trouve toujours trop court !



Ushuaia

Ushuaia, panorama de la ville

Ce matin, départ très matinal pour l'extrême sud du continent américain : Ushuaia. 4h de vol plus tard, je découvre l'immense baie d'Ushuaia. Blottie entre les sommets enneigés du massif Martial et le Canal de Beagle, Ushuaia est vraiment la ville du bout du monde. Bâtie sur une île, la Terre de Feu, elle est à la fois la capitale de la province de Terre de Feu mais aussi de l'Antarctique et des Îles de l'Atlantique sud.
Ville la plus australe du monde, Ushuaia est la porte d'entrée vers l'Antarctique et le Pôle Sud.

La ville

Une rue d'Ushuaia

Sa population dépasse désormais 60.000 habitants ; elle a explosé avec la création d'un aéroport international, proposant des liaisons nombreuses et régulières avec Buenos Aires ; celui-ci a été à l'origine d'un fort développement du tourisme de la ville.
Ushuaïa est la porte d'accès vers les régions les plus australes du globe.

Avec ses maisons multicolores et ses longues rues droites, Ushuaia fait penser à ces villes du FarWest. Ushuaïa bénéficie d'un climat subpolaire océanique comparable à celui de Reykjavik en Islande. Les saisons sont peu marquées avec des températures qui restent voisines de 0 °C quelle que soit la période de l'année. Ainsi la température moyenne du mois le plus froid est de 1,3 °C et celle du mois le plus chaud de 9,6 °C.

Le bagne

Canal de Beagle, le Phare des éclaireurs

Cette terre perdue a tout d'abord hébergé un bagne. Construit entre 1906 et 1920 par les bagnards eux-mêmes, ce bagne a été conçu pour 380 prisonniers mais a pu en contenir jusqu'à 800 et fonctionnera jusqu'en 1947. L'idée était de réaliser une colonie pénale ; les bagnards travaillèrent aux besoins du bagne mais aussi à ceux de la ville et réalisèrent rues, ponts, bâtiments, exploitation des forêts.

Carnaval

A l'autre bout du monde, j'en avais oublié que nous étions à l'époque de mardi-gras et donc du carnaval… même à Ushuaia sa majesté Carnaval est fêtée avec tous les honneurs qui lui sont dus….
Ushuaia est considérée comme la ville la plus australe du monde. Canal de Beagle: manchots

Canal Beagle

Le Canal Beagle, long de 240 km, constitue la frontière naturelle entre l'Argentine et, au sud, le Chili. Il doit son nom au navire britannique HMS Beagle qui participa à 2 missions hydrographiques entre 1826 et 1836. La 2ème est célèbre car elle emmena le scientifique Charles Darwin lui donnant ainsi l'occasion de faire ses preuves en tant que jeune naturaliste.
J'embarque sur un gros catamaran à la découverte du Canal Beagle. Ushuaia s'éloigne rapidement, nous révélant une vue de la baie sous un jour complètement différent.

La vision somptueuse du spectacle de la nature à l'état brut...
Voici le Phare des Eclaireurs ; sa silhouette familière, me rassure quelque peu dans cet environnement impressionnant ! Naviguer sur le canal du Beagle va me permettre également de rencontrer son incroyable faune marine : en chemin, nous passons à proximité d'îles où cormorans, lions de mer, manchots cohabitent sans problème et qui ne se formalisent pas le moins du monde de notre présence.



El Calafate

Ushuaia: Canal de Beagle Logo Calafate

La ville

El Calafate est une ville perdue au milieu des plaines de Patagonie et située au bord du lac Argentino, qui avec plus de 20.000 habitants est en pleine explosion démographique grace au développement du tourisme.
La rue principale qui traverse la ville d’est en ouest, concentre la plupart des commerces presque tous installés dans des chalets de bois.
El Calafate est la porte d'entrée du parc national Los Glaciares qui abrite de nombreux glaciers dont le glacier Upsala, un des plus grand glacier du monde, et le glacier Perito Moreno un des rares glaciers en progression.

Glaciarum

Un musée, le Glaciarum, rappelle le processus de formation des glaciers. Au sous-sol il ne faut pas manquer le Bar de Glace, un lieu unique au monde car il a été créé avec de la glace provenant des glaciers aux alentours. Dans un espace de 80 m² et avec une température ambiante de -10°C, c'est "open bar" : un cocktail dans un verre de glace, assis sur des sièges en glace ou devant le comptoir en glace ? Etonnant, non !
Heureusement, une grosse doudoune a été remise à chaque convive. Et il ne faut pas s'étonner que rapidement l'ambiance dans ce bar commence à se révéler très chaude... !

Glacier Upsala

Ce matin, pas question de se laisser décourager par le mauvais temps, car je pars à la découverte d'un des plus grands glaciers de la région, le glacier Upsala ; et... pas facile de l'approcher !
Je prends d'abord un bateau à Punta Bandera à environ 50 km d'El Calafate. Celui-ci va s'approcher le plus près possible du front du glacier : ensuite, il va contourner le glacier par l'Estancia Cristina d'où je pourrai, après une longue marche, avoir accès à un promontoire dominant tout le glacier. Le catamaran commence à remonter la partie ouest du lac Argentino, un lac immense encaissé entre les montagnes de la Cordillère des Andes : près de 1500 km2 de surface totale avec une profondeur qui peut atteindre 500m. Upsala iceberg

Les icebergs

Il fait de plus en plus froid ; le temps devient vraiment hostile. C'est alors qu'apparaissent les premiers icebergs : le front du glacier n'est plus très loin. Ils sont de plus en plus gros et impressionnants... et n'oublions pas que 90 % du volume d'un iceberg est situé sous la surface de l'eau ! Sculptés par l'eau, déclinés dans tous les tons de bleu au gré de la lumière, ces icebergs constituent un spectacle fascinant.

Estancia Cristina

Estancia Cristina

Après la rencontre avec les icebergs, demi-tour et cap sur l'estancia Cristina où on va pouvoir se restaurer et partir en trekking dans la montagne pour observer le glacier sous un angle différent. Fondée en 1914 par un émigrant anglais, l'estancia Cristina se remarque par la beauté de son site et son isolement.

Cristina est le nom de la femme de cet émigrant venu chercher un avenir prospère en Patagonie. Cette famille réussit, avec les 22.000 hectares de cette estancia encadrée par les glaciers et les lagunes d'une grande beauté naturelle, à élever environ 12.000 moutons, 30 bovins et 50 chevaux. Glacier Upsala
Ici, en Patagonie, la surface des estancias peut paraître énorme, mais en fait, elles sont définies, compte tenu de l'aridité du sol, selon la règle d'un mouton par hectare. S'il y en a plus, ils ne pourront pas se nourrir correctement et ne seront pas rentables.
Au menu du restaurant de l'estancia : agneau, légumes frais et les pains "fait maison", accompagné de l'un des meilleurs vins argentins.

Vers le point de vue sur le glacier

Après une petite balade dans le domaine de l'estancia, c'est le départ : un 4x4 va me permettre de faire une première approche du glacier puis je terminerai à pied dans cette ancienne vallée glacière rocailleuse. On voit encore les anciennes parois de la vallée glacière, polies par le frottement de la glace.
Et puis voilà, j'arrive sur un promontoire qui domine l'énorme glacier et permet de me faire une idée de son immensité… des dimensions incroyables : un géant de 50 km de long, 70m de haut et 870 km2 de surface…
Retour à El Calafate par le même chemin : le sentier, 4x4 et catamaran.... mais cette fois sous le soleil ce qui est quand même plus agréable !!

Glacier Perito Moreno

Perito Moreno Glacier Perito Moreno

Le lendemain, je vais découvrir le glacier le plus fameux de Patagonie, le Perito Moreno. On dit que sa visite justifie le voyage. Déjà, 1er avantage de celui-ci : il est d'un accès beaucoup plus facile que l'Upsala : une route va nous conduire pratiquement à son pied....
Ce gigantesque glacier de 30 km de long sur 5 de large est cependant un peu plus petit que l'Upsala. Mais tout est relatif : dans sa partie la plus profonde, il aurait quand même une épaisseur de 700m...

Contrairement à la plupart des glaciers dans le monde, il est un des rares glaciers à ne pas être en recul suite au réchauffement climatique : mieux, il avancerait de 2m par jour !
Une multitude de sentiers et de passerelles ont été aménagés dans la montagne qui lui fait face ce qui va me permettre d'observer ce monstre de glace sous tous ses angles.
Le front du glacier fait 4km de large sur 60m de haut (soit un immeuble de 17 étages) pour la partie émergée.
Le glacier est bien vivant : je peux entendre ses craquements incessants ; parfois, ce sont des pans entiers de glace qui s'effondrent dans le lac en formant d'énormes vagues !